couple plage

Obtention de la LI : récit d’un véritable parcours du combattant !

2 comments

Elle est là ma LI : je la regarde comme si j’avais gagné à l’Euromillion, comme si j’avais trouvé le moyen de manger sans grossir, comme si j’avais un ticket pour un accès illimité à vie aux plus grandes caves de vin de Bordeaux. Ma LI Canada me tend les bras et me dit « coucou maman ».

Après 4 mois et 27 jours (15h et 32 secondes. Oui, j’ai eu le temps de compter. C’est fou comme on essaye de combler l’attente.), elle arrive enfin !

Super, et Amandine alors ? Rien. Attends, t’es sûr ? Regarde bien, dans tes spams, tes junks, tes indésirables, ta pourielle comme ils disent au Québec ? Non, rien.

Les oubliés du PVT : l’enfer de l’injustice

 

coucher de soleil plage hiver

 

Pour ceux qui ne connaissent pas vraiment les joies de l’attente du PVT, je vous explique brièvement les étapes :

1/ Inscription au bassin EIC PVT

2/ Tirage au sort

3/ Données biométriques

4/ Demande de documents supplémentaires (casier judiciaire ou

5/ Analyse du dossier

6/ Validation et réception de la LI

En soit, des étapes oui mais rien de bien compliqué. Mais rajoutez à ça un bureau de l’IRCC totalement sous l’eau et en manque de personnel, le Covid, les modifications de procédures… mélangez le tout et vous obtenez des candidats qui attendent depuis début 2021 et n’ont toujours rien, et d’autres qui se sont inscrits le 17 novembre pour obtenir leur LI le 19. Alors nous et la poisse de Madame…

La logique à tout cela ? Aucune. Que du hasard et du bon vouloir des agents d’immigration.

Le grand 8 des émotions

Si j’avais su dans quoi je mettais les doigts de pieds avant de cliquer sur le bouton « créer un compte IRCC », j’aurai attaché mon bélier de l’impatience bien plus tôt, et avec lui mon cœur, mon cerveau et toutes mes émotions. J’ai frôlé l’attaque cardiaque 3 fois, perdu la moitié de ma masse capillaire (si le stress pouvait engendrer la perte des poils indésirables plutôt, j’aurai préféré. Ciao l’esthéticienne.) et quelques kilos se sont enfuis de peur d’être maltraités avec cette boule de stress.

La demande de documents supplémentaires pour la LI

Le 29 octobre 2021, mon cœur explose à la vue d’un email d’IRCC Canada. « Nous attendons de vos nouvelles ! » qu’il disait. Oh je peux t’en donner de mes nouvelles, je ne manque pas de choses à te raconter. Tu veux savoir quoi ? C’est plutôt moi qui attends de tes nouvelles Je n’ai jamais cessé de penser à toi tu sais, ne le prends pas comme ça. Toute pleine de joie et d’espérance, j’ouvre l’email avec Amandine, qui a reçu le même. Première chute de 3 mètres. « Merci de téléverser votre certificat de police maltais. » Tu veux dire, le certificat de police maltais qu’on a déjà transmis, celui même qui m’a valu mes premières pertes de cheveux avec la poisse d’Amandine ? Soit. On respire. Et on téléverse à nouveau le dit document.

Sauf que…

Ding dong ! Coucou c’est moi ! Amandine, je te jure que toi et ta poisse… j’avais pas signé pour ça moi ! Je suis pas venue là pour souffrir. Oui, Amandine reçoit un second petit mail. Oui, Amandine a été travailleuse frontalière de la Suisse durant plusieurs années. Et oui, IRCC veut aussi son casier judiciaire suisse. Sauf que… Avoir un certificat de police français, c’est facile et rapide. Avoir un certificat de police maltais, c’est aussi facile et rapide. Enfin, quand tu ne t’appelles pas Amandine Justine. Mais avoir un certificat de police suisse… Accroche-toi. A part payer les frais de plus de 20€ pour un petit bout de papier, tu dois attendre une bonne semaine voire plus pour l’obtenir par la poste. En 2021, il est donc impossible d’obtenir un certificat de police suisse par email.  Chute de 8 mètres, ça fait mal.

Résolution de poisse numéro 345502827.

A nouveau, on finit par régler le problème, non sans perdre quelques dents au passage. Après de nombreux appels, Amandine finit par le recevoir par email (hallelujah) et peut l’envoyer à IRCC. Elle n’a aucun moyen de le téléverser sur son dossier directement –comme c’est étonnant -, alors elle l’envoie grâce à un formulaire en ligne.

Rien. Pas de LI. Le néant.

 

sunset à la mer

On a pensé qu’il ne s’agissait plus qu’une question de jours pour obtenir le visa, la précieuse LI, après l’envoi du certificat de police. Erreur. Nouvelle chute de 10 mètres. On attend. Une semaine, deux semaines, trois, quatre… Et avec elles, les espoirs de passer Noël au Canada s’envolent vers les plus chanceux des pvtistes. A l’extrême opposé de nous en fait.

Après un mois, le retour d’IRCC.

C’est le samedi 27 novembre que nous recevons, à la même heure, un email d’IRCC nous indiquant que tous nos documents avaient été reçus, et que notre demande était complète. Joie, palpitant à 3000, ivresse sans alcool. C’est bon, la LI va arriver d’ici les prochains jours, j’en suis persuadée !

Je me calme, je ne sors pas mon bélier de l’impatience et je continue mon quotidien. J’ai beaucoup appris sur la patience ces derniers mois il faut croire. Mon bélier deviendrait-il trop vieux et sage ?

Ou bien c’est l’année et demi de relation avec la poissarde à lunettes qui m’ont appris la relativité et le calme face aux situations complexes. Devrais-je la remercier pour ça ?

Et un beau jour, la LI arrive !

Le 1er décembre, il y en a qui ouvrent leur première fenêtre du calendrier de l’avent et y trouvent leur premier chocolat. Moi, j’ai eu la surprise d’y trouver une belle lettre d’introduction m’invitant à aller au Canada ! La LI est là, ça y est, j’ai mon visa. Et Amandine ? Devinez.

Bye bye les émotions

Non pas que je ne supporte plus ces montagnes russes des émotions et ces chutes dans le vide, mais presque. J’ai ma LI, mais pas Amandine. Alors je n’ai pas ma LI. C’est beau, je suis romantique. « Tu sautes pas je saute pas » dixit Rose de Titanic pour les incultes. La situation restant la même tant qu’elle n’a pas reçu le précieux email, rien ne change.

Une question de jours on disait

 

calin chat
– Certains verront un moment de tendresse. D’autres y verront un épi très rebelle.- 

Ne t’en fais pas, tu vas l’avoir d’ici quelques jours. On pourra partir dans 2 semaines, on fait les au revoir à tout le monde et ciao la France ! Mais une semaine plus tard, toujours rien.

Alors on fait quoi ? On passe Noël en France ? On partira en 2029 ? Les jours passent, le prix des billets augmente, mon espoir diminue. Et avec la panique qui monte, on doit aussi gérer les proches et leurs messages qui nous tuent à petit feu « Alors, des nouvelles du visa ? ».

10 décembre, toc toc toc.

Coucou c’est moi ! C’était presque trop simple de lui avoir dit au revoir pour de bon à celle-là. Mail d’IRCC pour Amandine : « Nous attendons de vos nouvelles ! ». Ça pourrait faire le titre d’un film d’horreur, cette phrase je ne peux plus la lire. Ils veulent quoi encore ? Croyez-le ou non, ils lui ont redemandé son certificat suisse. Encore. Et toujours. Aurait-elle un passé caché de tueuse à gage en Suisse ? C’est vrai que finalement, je ne sais rien de ces années au pays du chocolat violet. Je devrais m’engager auprès d’IRCC pour avoir accès à son dossier, j’aurais sûrement des choses à apprendre.

S’il n’y avait pas de hic..

On en rigolera dans quelques années rassurez-moi ? Le certificat de police suisse avait été directement envoyé depuis son portable vers IRCC, et pas enregistré sur un ordinateur. Bah oui, pour quoi faire ?

Alors on fait quoi, je vous le redemande. Réponse semaine prochaine, où elle devra faire une nouvelle demande de certificat de police suisse.

Petite précision cette fois-ci : elle a jusqu’au 19 décembre pour téléverser son certificat, sans quoi sa demande de visa sera expirée. 9 jours ? EASY !

Ah oui, au fait. Bonne nouvelle, les punaises de chez Alice nous ont quasiment abandonnées , elles-mêmes fatiguées de notre présence trop longue sur le sol français. Merci les filles, ça rassure !

Sinon, tout va bien. On mange, on pleure, on rit, on boit. On passe le temps avec les deux chats d’Alice comme des célibataires endurcies de 60 ans.

Et j’ai commencé à écrire un livre « Les mémoires d’une poissarde ». A retrouver aux éditions VDM.

2 comments on “Obtention de la LI : récit d’un véritable parcours du combattant !”

Laisser un commentaire